Marnix dans les Marolles

JPEG - 108.5 ko

L’École communale n°7 (rue Haute 255, située dans l’îlot bordant le Vieux Marché) a été inaugurée en 1897, à l’époque du maire libéral progressiste Charles Buls (1837-1914, en fonction de 1881 à 1899), afin de permettre aux nombreux garçons illettrés des classes ouvrières habitant dans le quartier des Marolles de suivre une éducation primaire. L’école communale dispense toujours un enseignement francophone et s’appelle aujourd’hui « Ecole Baron Steens » (Louis Steens était un échevin libéral de la fin du 19ème siècle), nom donné en 1975 à la suite d’une fusion avec l’école n°15 pour filles (rue Haute 107), située juste en face de la maison dans laquelle Breughel aurait peint ses deux célèbres tours de Babel en 1563 (rue Haute 132).
Sur la façade de l’école, on peut apercevoir une grande statue de « Marnix de Sainte-Aldegonde » tenant un livre à la main. En-dessous de la statue figure une inscription en latin, « Ratio instituendae juventutis », le titre du livre dans lequel Marnix plaide pour l’enseignement des langues par immersion et l’apprentissage précoce de plusieurs langues, du moins pour les enfants des princes et des nobles (« principium ac nobilium puerorum », dit la suite du titre original, omise sous la statue). Depuis plus d’un siècle, Marnix nous attend avec son livre à la main, sur la façade d’une école d’un des quartiers les plus pauvres de Bruxelles, espérant à coup sûr qu’un jour des Bruxellois s’inspirent de lui et lancent un plan Marnix pertinent pour tous les enfants de Bruxelles, à commencer par ceux qui vivent dans les Marolles.